top of page
  • laupuech

Un Effet Paillasson alarmiste qui cache l'information... rassurante

Dernière mise à jour : 3 mars 2023


Ce jour, je vois relayé sur le réseau social Linkedin un article de FranceTV qui annonce une nouvelle qui ne peut que nous alerter, nous inquiéter, capter notre attention et participe à construire une image bien sombre de notre société. Il est affirmé sans nuance que "Les violences intrafamiliales ont augmenté de 16% en 2021", et c'est une source fiable qui l'affirme : le ministère de l'Intérieur !



Une approche zététique de ce genre de titre nous met rapidement en alerte : un sujet sensible doublé d'une tendance alarmante et fondé sur une autorité incitent notre cerveau à "y croire" mais invitent les travailleurs sociaux sceptiques à se mettre dans une position de vigilance pour mesurer quelle est la validité de l'information donnée dans le titre.

Et dans ce domaine, un premier réflexe est de se poser la question de ce qui est réellement mesuré. Car les annonces en titre ne font pas dans la subtilité, et on constate que ce sont les titres qui diffusent les idées, et non pas les articles, bien moins lus.

Il faut pourtant ici entrer dans la lecture pour comprendre dès le chapeau de l'article qu'il ne s'agit pas d'une augmentation des "violences intrafamiliales" mais des "violences intrafamiliales hors-conjoint ou ex-conjoint". Et ce n'est qu'en lisant l'article lui-même que l'on apprend un détail absolument essentiel pour mesurer l'information : ce sont les "violences intrafamiliales hors-conjoint ou ex-conjoint enregistrées". Contrairement à ce que le titre annonce, ce +16% ne dit donc rien d'une augmentation des violences intrafamiliales mais se rapporte aux seuls enregistrements de ce type de faits en police nationale et gendarmerie nationale.


La lecture du lien vers le communiqué du ministère de l'Intérieur très justement titré est absolument claire à ce sujet :


Par contre, on peut s'étonner d'avoir choisi pour illustration l'image d'un couple en tension quand l'étude du ministère de l'Intérieur ne concerne justement pas ce type de violences...


Bref, un bel Effet Paillasson que ce titrage de Franceinfo, et c'est souvent le cas en la matière. Il est fréquent que l'on présente comme l'évolution d'un phénomène ce qui n'est que la déclaration d'un phénomène. Or, en matière de violences intrafamiliales, nous mesurons que le fait de parler de ces violences s'est amplifié, que la parole et les déclarations auprès des services de police ou gendarmerie ou services sociaux est moins difficile aujourd'hui.


Les déclarations ne sont donc pas un indicateur fiable de l'évolution d'une catégorie de situations, mais elles disent quelque chose de la possibilité et impossibilité de parler d'un sujet.


Distinguer les deux, c'est un préalable pour ne pas tirer des conclusions hâtives, éviter des inquiétudes infondées. Car si une augmentation de 16% des violences intrafamiliales serait inquiétante, une augmentation de 16% des déclarations de violences intrafamiliales est possiblement... rassurante ! En effet, la libération de la parole facilite la sortie des violences.



Pour compléter cette lecture, vous trouverez dans le Manuel...

Voir Effet Paillasson ou métonymie (pages 65 à 67)

Comments


bottom of page